L’expansion géographique rapide du coronavirus Covid-19 et les taux de contamination élevés, près de 100 000 infections dans environ 80 pays au 4 mars, ont semé la peur sur la planète et perturbé l’activité économique mondiale.

Les investisseurs se sont naturellement inquiétés et les marchés boursiers du monde entier ont subi des milliards de dollars de pertes en une seule semaine (se terminant le 28 février) au cours de la pire semaine des marchés depuis la crise financière de 2008.

La pire semaine depuis la crise de 2008

Même si la nouvelle flambée de coronavirus a commencé en décembre 2019, les marchés financiers n’ont pas réagi immédiatement car il y avait peu d’informations sur la durée de la crise, si la Chine serait en mesure de la contenir rapidement et de l’empêcher de se propager à d’autres pays, et les risques qu’un tel écart entraînerait pour l’économie mondiale.

Ci-dessous une vidéo relatant ces faits :

Avec l’expansion de Covid-19 dans le monde, ce n’était qu’une question de temps avant que les marchés boursiers ne réagissent au nouveau danger. Le krach s’est finalement produit au cours de la semaine se terminant le 28 février, lorsque les principaux marchés boursiers du monde ont connu leur pire semaine depuis la crise financière de 2008.

Interventions des banques centrales

Pour stabiliser les marchés ainsi que l’activité économique, les banques centrales du monde entier ont décidé d’intervenir de différentes manières pour apporter le soutien budgétaire nécessaire.

Alors que la Réserve fédérale américaine a réduit le taux d’intérêt de 50 points de base à une fourchette de 1 % à 1,25 %, la Banque du Japon et la Banque d’Angleterre se sont engagées à surveiller étroitement les marchés et à préserver la stabilité financière. Les banques centrales des pays du Golfe (KSA, Bahrein, Emirats Arabes Unis) ont également baissé les taux d’intérêt de 0,5 %.

Article précédent
Les bonnes raisons de placer son argent dans l’or
Article suivant
Pas d'autres articles