Si un groupe de sociétés désire vendre une filiale dans le cadre d’une réorientation de sa stratégie ou si un chef d’entreprise est sur le point de prendre sa retraite, la cession de l’entreprise constitue toujours une opération complexe. Il faut en effet calculer un prix de vente équitable et trouver un acquéreur pour lequel l’offre a un réel intérêt. D’autre part, un acquéreur avisé exigera des garanties qu’il faudra être à même de fournir.

Des problèmes identiques peuvent se poser lors d’une fusion

Pour le calcul du prix de vente ou de la rémunération qui devra être versée aux actionnaires de l’entreprise absorbée, il est indispensable d’évaluer les biens et le passif de cette entreprise avec une rigueur maximale. En effet, il faut éviter de sous-évaluer des actifs ayant un bon potentiel de valorisation comme c’est par exemple le cas des brevets, du fonds de commerce ou des valeurs mobilières. D’autre part, toutes les dettes doivent être prises en compte pour le calcul. En effet, l’acquéreur exigera le plus souvent une clause de garantie de passif dont il pourra réclamer l’application s’il découvre une dette dont l’existence lui avait été dissimulée.

Il convient par ailleurs de procéder à un audit complet pour s’assurer du fait que l’entreprise ne risque pas de faire l’objet d’un redressement notifié par le fisc ou par l’URSSAF.

Une fois que le cédant a pu se faire une idée de la valeur de son entreprise, il faut rechercher un acquéreur intéressé par l’offre et ayant les moyens d’y donner suite. Pour réunir la somme exigée, l’acquéreur potentiel peut devoir convaincre des banquiers ou des investisseurs d’apporter leur contribution. En conséquence, il convient d’établir des comptes prévisionnels démontrant que la rentabilité future de l’entreprise justifie le prix réclamé.

En conséquence, le cédant a souvent besoin d’un accompagnement pour ses démarches.

Faire appel à un cabinet de conseil en cession d’entreprise

L’équipe du cabinet de conseil en cession d’entreprise Auris Finance offre aux vendeurs et aux acquéreurs d’entreprises une assistance complète jusqu’à la finalisation de l’opération. Le vendeur bénéficie en premier lieu d’une compétence technique pointue pour l’évaluation de son entreprise.

Ensuite, un tel cabinet indépendant peut le mettre en relation avec des acquéreurs potentiels. Si l’un d’eux est intéressé, cet intermédiaire lui apporte son aide pour la recherche des financements. Enfin, une prestation de plus à son actif : il assiste le cédant dans la négociation des clauses principales des actes de cession.

Article précédent
Lignine : l’investissement es capitaux du marché
Article suivant
Pas d'autres articles