Depuis quelques années, l’assurance-crédit semble tendre vers une automatisation des outils d’analyse pour faire face à l’explosion du numérique et de la production de données.

S’adapter à cette transition digitale est le meilleur moyen pour les organismes assureurs pour entreprise d’assumer une nouvelle concurrence. D’autre part, l’ouverture du marché chinois signe le début d’une nouvelle ère économique pour ce secteur.

Big Data et systèmes experts

La montée en force du digital, du matériel informatique et des appareils mobiles s’accompagne également d’une multiplication d’objets connectés au quotidien. Ce terrain favorise le développement et la collecte d’une quantité phénoménale de données toutes les semaines, à chaque seconde. Chaque jour, 2,5 trillions d’octets de données proviennent des vidéos, des GPS, des smartphones et autres transactions boursières. Ce volume considérable porte le nom de Big Data.

Le traitement intelligent du Big Data permet aux assureurs de connaître de manière très pointue les besoins, les aspirations et les capacités financières de leurs adhérents et des clients de ces derniers. Plus il y a de transparence et de partage des données entre un courtier en assurance-crédit et son entreprise cliente, plus les modèles d’analyses sont fiables.

Les systèmes experts, qui sont des progiciels conçus pour imiter le raisonnement humain, sont créés à partir de grandes bases de données. Dans le monde de la finance, ils produisent des statistiques, des graphiques et des synthèses analytiques afin d’appuyer les prises de décision des courtiers et des entreprises (cliquez ici pour plus d’informations).

Vers une digitalisation globale et une nouvelle concurrence

A l’avenir, de plus en plus d’assureurs envisagent d’investir dans des solutions d’automatisation des processus incluant l’intelligence artificielle. Prémunir les risques d’impayés relèvera donc du brassage d’information de masse et de l’analyse informatique poussée. Il en résultera probablement une nette diminution des sinistres.

Ces processus d’automatisation permettront en outre de réduire les coûts des assureurs. D’autre part, la tendance globale est à la hausse des primes d’assurance-crédit. Autrement dit, le ratio combiné des compagnies d’assurance tend à avantager ces dernières.

Le marché voit par ailleurs surgir de nouveaux acteurs, poussés par l’ubérisation du secteur. Les sites de comparateurs d’assurance, par exemple, utilisent internet pour mettre directement à portée du client des offres tarifaires différentes. Pour rester compétitives face à ces processus de digitalisation, les organismes assureurs pour entreprise doivent s’aligner sur le même modèle et innover en terme de numérique.

Cette envolée ne doit cependant pas se faire au détriment du contact humain, toujours central dans la relation avec la clientèle et les entreprises en défaut de paiement.

L’ouverture du marché chinois à l’assurance-crédit

En septembre 2016, une coentreprise regroupant Euler Hermes et la China Pacific Property Insurance Company a été créée (visitez ce lien pour en savoir plus). Cet événement marque l’ouverture du marché chinois à l’assurance-crédit. Avec le ralentissement économique de la Chine, de nombreuses entreprises risquent de déposer le bilan. Ce phénomène va donc augmenter les retards de paiement et les risques d’impayés. Un terrain favorable à la signature de nombreux contrats.

Le marché sinique se présente donc comme la porte ouverte à de nouvelles opportunités pour les organismes assureurs pour entreprise. Cependant, l’intérêt que portent les grands acteurs mondiaux du secteur sur ce jeune espace financier n’est pas neuf. Le géant français Coface a notamment ouvert une succursale à Hongkong en 1999.

Le fait est que le nombre d’intervenants sur le marché chinois n’est pas très élevé. Deux grosses compagnies d’Etat se partagent les contrats du risque à l’export : l’Assurance Populaire de Chine et Sinosure. L’arrivée d’acteurs étrangers est rendue possible par la libéralisation du marché en 2013.

Analyse-SWOP
Article précédent
Consignes pour optimiser une analyse SWOT
5512bbd14684b
Article suivant
Évaluer les synergies afin d’obtenir une meilleure négociation lors d'une fusion-acquisition